Pour avoir la pêche (même si ce n’est pas encore la saison 😉) dès le matin 

Pour bien commencer la journée 🌞
 
1. Dès que le réveil sonne: levez-vous !
Répéter la sonnerie ne fait que repousser l’inévitable…
 
Astuce : placez votre réveil loin de votre lit, cela vous obligera à vous lever pour l’éteindre.
 
2. Lumière + + + Ouvrez les rideaux, volets, stores et laissez entrer la lumière naturelle.
 
Si vous vous levez lorsqu’il fait encore sombre, un simulateur d’aube peut être une aide.
 
3. Buvez : votre organisme a jeûné pendant plusieurs heures, il est temps de s’hydrater.
 
Afin de ne pas agresser votre estomac avec du froid, optez pour une boisson tiède voir chaude (pas brûlante), comme une tisane ou de l’eau tiède dans laquelle on peut ajouter un jus frais de citron.
 
Autres points positifs à boire chaud : cela stimule le métabolisme et améliore la digestion
 
4. Eveillez tout votre corps : prenez le temps de vous étirer des pieds à la tête.
 
5. Petit-déjeuner : on apportera des protéines, des glucides et des lipides. Voici quelques idées pour composer votre petit déjeuner :
 
oeufs – fromage – viande maigre – pain complet – flocons d’avoine – oléagineux – fruits frais
 
Si vous n’arrivez pas à manger avant de partir, par manque de temps ou d’appétit, vous pouvez prendre de quoi vous restaurer durant la matinée.
 
6. Et pourquoi pas une douche? Rapide et fraiche pour activer la circulation sanguine et donner de l’énergie ou chaude pour détendre les muscles et faire passer des courbatures.
 
7. Pour les plus téméraires : musique avec une playlist « spécial matin »
 
Prêt/ prête pour affronter la journée 💪

Bien se nourrir c’est aussi nourrir son cerveau

Notre cerveau et composé de 50% à 60% de gras ! Après le tissu adipeux, c’est l’organe qui en a le plus.

Et pourtant, son principal carburant est le glucose ! Oui, car le cerveau est un énorme consommateur d’énergie et pour produire de l’énergie nous avons besoin de glucose.

Entre les cellules de notre cerveau il y a une double couche de lipides, où on retrouve nos chers oméga 3 (DHA) et phospholipides pour la membrane cellulaire. La gaine de myéline entourant les conductions neuronales et optimisant leur vitesse de conduction, qui est une gaine comme on peut imaginer la gaine autour d’un câble électrique, est elle aussi composée de 70% de lipides.

Il est donc important de consommer des lipides et des glucides de qualité, la santé de notre cerveau en dépend.

 

Quels sont les aliments bons pour mon cerveau ?

 

POISSONS GRAS

Pour les oméga 3 (principalement DHA)

Saumon (sauvage), sardine, hareng, maquereau…

Huile de lin, colza, noix, cameline…

Oléagineux : noix, amande, noix de cajou, noisette, … également pour leur teneur en vitamine E

 

LEGUMES

Riches en vitamines du groupe B

Légumes à feuilles vertes, tels que les épinards, bettes, brocoli, salades…

 

PETITS FRUITS    

Propriétés antioxydantes, car si le cerveau est un gros consommateur d’énergie il s’ensuit que c’est un grand producteur de radicaux libres que les antioxydants vont neutraliser.

Myrtilles, framboises, mûres, baies de goji, …

 

GLUCIDES

Consommer des glucides ayant un indice glycémique bas, ainsi on maintient une glycémie stable grâce à la libération progressive du glucose

Légumineuses, légumes, céréales complètes, …

 

OEUFS

Riche en choline, une vitamine du groupe B, nécessaire pour une bonne production d’un neurotransmetteur associé à la mémoire


scan carte de visiteBON APPÉTIT A TOUS LES CERVEAUX 

 

 

Sources :               www.lanutrition.fr

Le guide familial des aliments soigneurs, Dr. JP. Curtay

Le guide des complémentas alimentaires, Dr. R. Grosdidier

PRÉSERVE TA SANTÉ !

Quelques trucs et astuces applicable au quotidien

+

 

Je bouge +++

 

·         Descendre du bus/ tram un arrêt avant le nôtre et                 faire le dernier bout à pieds

·         Garer sa voiture plus loin

·         Prendre son vélo

·         Utiliser les escaliers au lieu de l’ascenseur => de                 plus c’est un geste écologique 😉

 

Sédentarité —

Je bois +++

 

  •          Eau (environ 1,5L/ j.)
  •          Tisane, infusion non sucrée
  •          Jus de fruit frais

 

 

Je limite

 

  •          Alcool
  •          Café
  •          Thé noir
  •          Soda
  •          Boissons sucrées

 

 

Je cuisine +++

 

  • Plats faits maison
  • Fruits et légumes (bio, locaux et de saison +++)

 

Je limite un maximum (ou complètement)

  • Plats préparés industriels
  • Conserve
  • ! colorants et additifs alimentaires
 

Huile végétale première pression à froid +++

 

 

Huile raffinée extraite à chaud, avec solvants

 

 

Mode de cuisson

 

  • Vapeur douce
  • Etouffée
  • Peu ou pas de matière grasse

 

 

Friture —

 

Sel non-raffiné  +++

 

II contient tous les minéraux et vitamines

 

Sel raffiné —

 

Le raffinage détruit tous les nutriments

 

Céréales complètes +++

 

  • Pain à la farine complète
  • Origine biologique
 

Farine blanche —

 

  • Pain blanc
  • Farine blanche = raffinée (idem que pour le sel)

Parlons detox… avec le radis noir

Il existe des tas de manière d’effectuer une detox de l’organisme, différentes plantes, vitamines, etc.

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler du radis noir (lat. Raphanus sativus). Bien que ce ne soit pas à proprement dit un légume de saison il a le grand avantage de très bien se conserver.

Donc, même s’il est récolté durant l’hiver, on peut l’utiliser au printemps pour la préparation de notre sirop, pratique, non ?

 

Indications :

Le radis noir nettoie et désintoxique le foie par son action sur la vésicule biliaire. Il améliore également le transit.

On peut aussi utiliser ce sirop pour ses propriétés antitussives.

Excellent fortifiant pour l’enfant ou l’adolescent fatigué

 

Contre-indications :

Déconseillé aux personnes souffrant de calculs biliaires ou d’obstructions des voies biliaires.

 

Comment le préparer soi-même ?

 

Ingrédients : 20160421_173414

  • Un radis noir (BIO si possible)
  • Sucre candi ou complet ou ce que vous avez comme sucre dans votre cuisine

 

Préparation : 

  • Laver et couper en fines rondelles le radis noir (on peut laisser la peau)
  • Mettre le tout dans un plat creux en alternant avec le sucre candi -> radis-sucre-radis-sucre-etc.

20160421_174900

  • Recouvrir le plat et laisser dégorger pendant 24 à 48h

20160422_072059

 

20160422_072045

 

 

 

 

 

  • Filtrer le jus, puis le verser dans une bouteille qui sera conservée au réfrigérateur

20160423_12124020160423_122331

 

Prendre entre 2 et 4 CS/j.

Cette cure peut être suivie pendant 1 mois

 

Pour un effet optimal :

  • Boire plus d’eau que d’habitude
  • Éviter le café et l’alcool
  • Manger plus léger et privilégiant les légumes, fruits et salade
  • Éviter les aliments riches en sucre et « mauvaises graisses »
  • Manger lentement et mastiquer afin de faciliter la digestion

 

Sources : Se soigner par les légumes, les fruits et les céréales, Dr. Jean Valnet ; www.rustica.fr; www.passeportsante.net

Le blé… mais encore!?

Le blé a été n°1 pendant des années en Europe. Aujourd’hui, ce n’est plus tout à fait le cas. Certains le digèrent mal, d’autres ne le digèrent pas du tout, comme c’est le cas pour les personnes souffrant de la maladie cœliaque. Une autre catégorique a simplement envie de varier son alimentation.

Je vous présente 5 alternatives au blé, avec ou sans gluten:

Le sarrasin (lat. Fagopyrum esculentum) est originaire d’Asie du Nord-Est. Il est consommé et considéré comme une céréale, toutefois il ne fait pas partie de la famille des graminées.

Il a peu d’impact sur la glycémie, est riche en fibres solubles et a un fort pouvoir de satiété. C’est une bonne source en Magnésium, Potassium et Phosphore, protéines végétales, vitamines B5 et PP.

Il ne contient pas de gluten.

On peut le consommer comme un riz, sous forme de farine pour diverses préparations, comme les crêpes, …

Le quinoa (lat. Chenopodium quinoa) est originaire des hauts plateaux d’Amérique du Sud. Comme le sarrasin il est considéré comme une céréale sans en être vraiment une.

Il est riche en fer et en protéines, il contient même tous les acides aminés essentiels, ce qui est rare chez un végétal. Il a peu d’impact sur la glycémie et est très digeste.

Il ne contient pas de gluten.

Il peut être cuisiné comme un riz, froid en taboulé, sous forme de galettes, …

L’avoine (lat. Avena sativa) est originaire d’Asie et du Proche-Orient.

Elle est riche en protéines, acides gras, lécithine, vitamines du groupe B, Magnésium, Calcium, Fer et Zinc. Elle est composée de fibres solubles et peut donc  être intéressantes lors de gastro-entérite, colite ou autre problèmes digestifs. Elle contient un élément qui a un rôle bénéfique sur le taux de cholestérol et sur la glycémie.

Elle contient du gluten.

On peut l’utiliser en flocon dans le muesli, dans la composition de biscuits secs ou de gâteaux, en farine, …

Le seigle (lat. Secale cereale) est originaire du Moyen-Orient.

Il est riche en vitamines du groupe B et en vitamine E. Il contient beaucoup de fibres solubles et donc entraine une faible réponse glycémique. C’est également un bonne source de Manganèse.

Il contient du gluten.

On peut l’utiliser en farine pour faire du pain au levain, ou en grain comme un riz, mais aussi sous forme de flocon.

Le millet (lat. Fanicum milliaceum) est originaire de Chine.

Au Moyen-âge on le consommait beaucoup en bouillie ou galettes. Il a été remplacé progressivement par la pomme de terre et le maïs. C’est une des premières céréales cultivées en Europe.

Il est riche en Fer, Calcium, Magnésium et silice. On dit qu’il est revitalisant. De plus il est très digest et peu allergène.

Il ne contient pas de gluten.

Sa saveur est douce. Ses flocons peuvent se consommer en muesli et sa « semoule » en galettes, gratins, …

Voici un petit truc simple afin d’obtenir tous les acides aminés essentiels avec les protéines végétales :

associer une légumineuse et une céréale !

Ex : semoule de blé-pois chiche ; riz-lentilles ; etc.

 

Sources : www.passioncereales.fr; www.passeportsante.net; Se soigner par les légumes (…) Dr. Jean Valnet ; Le guide familial des aliments soigneurs Dr Jean-Paul Curtay

En avril ne te découvre pas d’un fil… mais mange des légumes, ce n’est pas ça?

Cette semaine je vais vous présenter quelques légumes locaux et de saison 😉 à consommer si possible BIO

CHOU-RAVE

Cru il a une faible densité calorique, un pouvoir de satiété élevé et un indice glycémique bas. Il est aussi riche en magnésium.

On peut le consommer cru râpé ou en fines tranches sous forme de salade ou cuit à vapeur douce.

BETTRAVE

Très bonne source d’antioxydants et riche en fibres, elle est aussi connue pour sa riche teneur en fer.

A consommer cuite ou crue, en salade, en potages, jus, …

NAVET

Il est très peu calorique, riche en fibres, vitamines et antioxydant qui jouent un rôle protecteur pour la santé. Tout comme la famille des crucifères dont il fait partie, il contient de puissants composés anti-cancers.

On peut le consommer cru, râpé en salade, ou cuit à la vapeur douce, en potage, …

EPINARD

Très connu pour sa teneur en fer, il est également riche en vitamines (tel que l’acide folique), minéraux et antioxydants.

On le préférera cuit car sa teneur en vitamines n’en est qu’augmentée. Cela n’empêche en rien de se préparer une bonne salade de jeunes pousses assaisonnée d’une vinaigrette à l’huile de cameline (ma préférée) et parsemée de quelques graines (sésame, courge, etc.) Miam J

CAROTTE

Riche en, fibres vitamine et antioxydant (beta carotène très efficace contre les radicaux libres)

Prenez garde au mode de culture lorsque vous en achetez, les carottes provenant de l’agriculture traditionnelle contiennent des nitrites.

On peut les consommer sous diverses formes, crue, râpées en salades, cuite à la vapeur douce, en gâteau, …

RADIS

Il appartient à la famille des crucifères, comme le navet et le chou. Il est peu calorique, riche en minéraux, antioxydants et vitamines C. Avec leur amertume, le radis ouvre l’appétit. Les feuilles peuvent même être consommées dans une salade ou un potage (rien ne se perd !)

Et le radis noir ? Il contient entre autre des antioxydants et des substances permettant de détoxifier le foie. Il stimule la production de bile et favorise ainsi une bonne digestion. C’est le moment pour une petite détox !

 

A vos casseroles !

 

Sources : fichier canadien sur les éléments nutritifs/ m.huffpost.com/ www.gemuese.ch

5 trucs pour améliorer votre digestion

L’intestin… organe qui fait parler de lui ces temps 😉

Une mauvaise digestion est à l’origine de divers troubles qui sont plus ou moins dérangeants : gaz, ballonnements, constipation, diarrhée, etc. mais on peut aussi ressentir d’autres effets tels que : mauvais sommeil, eczéma, acné, état dépressif et bien d’autres désagréments.

Comment l’équilibrer ? Comment améliorer la digestion ?

 

Voici 5 astuces :

 

Mastication

Prenez le temps de mastiquer longuement, car la salive contient des enzymes qui prédigèrent les aliments

Eau + + +          Soda et boissons sucrées – – –

Foie

On s’occupe de son foie ! Le printemps est là ? C’est le moment idéal pour une petite cure pour le détoxifier et le soutenir. Pensez aux aliments amers qui sont justement de saison 😉

Fait maison

On évite les plats préparés et les repas trop riches en céréales transformées (pain, pâtes) ! Les salades arrivent, profitez-en : mâche, jeunes pousses d’épinards, feuille de chêne, etc.

Stress  – – – 

Le stress a un impact direct sur la digestion. Yoga, respiration, sport ou simplement prendre l’air peuvent être de bonnes options pour le faire diminuer. Certaines plantes sont également utiles, telles que la passiflore ou la valériane.

 

Bon appétitPomme-630x0

 

Qu’est-ce que la phytothérapie?

La molécule végétale est à la base des découvertes des deux tiers des médicaments modernes.

Avant les années 50, le pharmacien utilisait toutes les ressources du végétal et du minéral. Aujourd’hui cette pratique parait bien lointaine… Durant les années 50, la chimie a bouleversé l’utilisation des plantes. En effet, les principes actifs ont été isolés et synthétisés puis reproduits et transformés dans le but d’être breveté. Et c’est la course aux brevets dans l’industrie pharmaceutique ! Et oui une molécule chimique brevetée vaut bien plus qu’une molécule naturelle qui elle ne peut pas être brevetée.

En Suisse, Swissmédic chapeaute la distribution de plantes sèches. Cependant leur contrôle ne tient pas compte du mode de culture (bio ?), recherche de pesticides, métaux lourds, etc.

D’où l’utilité (je dirai même la nécessité) de passer par un thérapeute en qui on a confiance et qui pourra orienter nos choix afin d’acquérir des produits de qualité, non-traités et élaborés dans le respect.

Une petite définition ?

Le terme phytothérapie vient du grec « phuton » qui signifie plantes et « therapeia » qui signifie traitement : traitement par les plantes.

Simplement, c’est le soin par les plantes, sans distinction pour la méthode.

Sous quelle forme ?

Voici quelques exemples :

Fraîche : cataplasme, infusion, décoction

Pommade, huile (ou macération solaire)

Eaux florales : fleurs de Bach, élixirs d’orchidées

Elixirs spagyriques : alchimie, procédés compliqués à partir de plantes fraîches ou séchées.

Dilutions homéopathiques : faites à base de végétaux à partir des teintures mères

Hydrolat : résultante de la distillation

EPS : extrait de plantes

Extrait sec : extraits dont on a fait évaporer presque toute l’eau, puis réduits en poudre

Macérâts glycérinés : macération du bourgeon de la plante (alcool + glycérol)

Teinture mère (TM) : en principe fabriqué à partir de plante fraîche par extraction alcoolique

… il en existe bien d’autres encore

 

Sources :

Teintures mères végétales, R. Kalbermatten et H. Kalterbatten

La santé à la pharmacie à bon Dieu, M. Treben

La phytothérapie, J. Valnet